En période de chômage élevé, il est parfois plus facile de trouver des clients qu’un employeur. Créer son entreprise devient alors un moyen de se créer un emploi sur mesure et de ne plus être l’esclave de ce satané « marché du travail ». Mais encore faut-il proposer un produit ou service qui puisse attirer des clients.

Voici quelques conseils à destination des entrepreneurs en herbe à la recherche de l’idée du siècle.

Créer son entreprise est la meilleure formation qui soit

La première chose à savoir, c’est que la plupart des entrepreneurs à succès ont déjà échoué.

Même si votre entreprise ne décolle pas, ne voyez surtout pas cette expérience comme un échec, mais comme une phase d’apprentissage.

Si vous perdez de l’argent dans l’aventure, considérez cela comme un investissement sur l’avenir, au même titre que si vous aviez payé pour étudier dans une école de management ou à l’université.

En partant de cela, n’hésitez pas à vous lancer.

N’attendez pas d’avoir un business plan parfait avec une vision sur les dix prochaines années.

L’action est toujours plus bénéfique que l’inaction.

Créer son entreprise pour répondre à un besoin

Cela peut paraître bête à dire, mais c’est la base.Il est très difficile de vendre un service ou un produit dont personne n’a besoin.

Identifiez donc un problème auquel vous pourrez trouver une solution.

Tentez de rendre accessible un service que certaines personnes ne peuvent pas se payer, d’atteindre des zones géographiques oubliées par les grandes entreprises ou d’inventer des solutions pour régler les problèmes de la vie courante que vous ou vos proches rencontrez.

Les gens sont prêts à payer, parfois des fortunes, pour que vous régliez un problème qui leur pourrit la vie.Alors, soyez attentifs et à l’écoute.Répondre à un problème que personne ne rencontre peut aussi marcher.Il faut aller créer un besoin, un désir ou une mode.L’inventeur de la perche à selfie ou le designer du dernier iPhone n’ont pas révolutionné nos vies.

Leurs produits se vendent pourtant très bien.Mais leur succès tient beaucoup au marketing qui entoure leurs produits et un peu à la chance.

Créer son entreprise en cassant les codes

Ouvrir une boulangerie ou un salon de coiffure peut vous mener au succès.

Mais gardez en tête que vous ne serez pas le premier à y avoir pensé et que vous ne serez pas non plus la seule personne à offrir ce service.

Vos seuls moyens de percer seront d’être meilleur que tout le monde, en faisant les plus beaux gâteaux de la région, ou bien de tirer vos prix (et vos revenus) vers le bas pour être sûr d’être le moins cher et le plus compétitif.

Le mieux pour créer son entreprise sur un marché qui existe déjà est de casser les codes et de travailler différemment des autres afin de se démarquer.

Ouvrez votre boulangerie la nuit pour les personnes qui travaillent à horaires décalés ou déplacez-vous dans les entreprises pour couper les cheveux de vos clients sur leur lieu de travail.

Si vous voulez percer, vous devez être différent.

Créer son entreprise dans un secteur qui n’existe pas

Néanmoins, l’idéal reste de créer une entreprise sur un marché nouveau ou d’inventer soi-même son propre métier.

Vous serez alors sûr de ne pas être concurrencé.

Il est en réalité plus facile d’inventer un nouveau secteur sur lequel on est le seul acteur que d’entrer en concurrence avec les acteurs déjà en place et déterminés à garder leurs parts de marché.

Si Uber avait créé une énième société de taxi, qu’il avait racheté des licences et qu’il s’était mis en concurrence directe avec les entreprises du secteur, il n’aurait pas connu l’ascension qui fût la sienne.

Ce qui fait le succès récent des grandes startups telles que Blablacar, Uber ou Facebook, c’est qu’elles ont inventé leur propre concept et qu’elles ont débuté sans concurrent ou presque.

Allez là où personne ne va

Il est parfois difficile de trouver un nouveau concept, d’avoir l’intuition nécessaire pour dénicher les marchés de demain.Il reste cependant de nombreux marchés déjà identifiés, mais laissés libres, car ils ne sont pas assez rentables pour les grandes entreprises. On les appelle des marchés de niche.Il peut s’agir par exemple de fournir du matériel pour les amateurs d’une activité très peu répandue.

Saviez-vous par exemple qu’il existait des championnats de lancer de savonnette, de hockey subaquatique ou de polo à dos d’éléphant ?

Tous ces sports nécessitent un matériel adapté, mais ces marchés réduits n’intéressent pas les grands équipementiers sportifs.Ils sont souvent occupés par de petits entrepreneurs.Certains territoires aussi sont peu intéressants pour les grandes enseignes.La demande y est moins importante, mais la rareté de certains produits leur donne plus de valeur.

Les expatriés ou les personnes qui ont voyagé loin et longtemps savent à quel point nous pouvons nous sacrifier pour un saucisson ou une baguette de pain digne de ce nom.

Ce qui est rare est cher.Ne négligez donc pas ces « petits marchés ».

Créer son entreprise pour aider les autres entreprises à être flexibles

Lorsque l’on pense à créer son entreprise, on ne se tourne bien souvent que vers les clients finaux, les particuliers. On pense « B2C » (c’est à dire de l’entreprise vers le consommateur). En réalité, il y a d’énormes marchés à prendre en « B2B » (des entreprises vers d’autres entreprises).

En freelance ou en employant d’autres personnes, vous pouvez offrir des services et des compétences aux entreprises dans les secteurs de la formation, de l’audit, de la logistique, de la communication ou pour n’importe quel corps de métier.

Mais pourquoi une entreprise serait-elle prête à payer plus cher pour faire appel à vous ou à votre société plutôt que d’engager un salarié en interne ?

Pour gagner en flexibilité ! Face aux bouleversements de plus en plus rapides de nos modèles économiques, beaucoup d’entreprises, surtout des PME, peinent à avoir de la visibilité.Elles préfèreront souvent faire appel à une société de nettoyage pour l’entretien de leurs locaux, à un transporteur indépendant pour sous-traiter leur logistique ou à un comptable extérieur plutôt que d’engager du personnel.

Cette flexibilité a un prix et elle ouvre de nouveaux marchés.

Vendez un produit que vous n’avez pas

Internet a révolutionné les affaires.Avec un investissement moindre, il est possible de créer des services ou de proposer des produits au monde entier.Ainsi, il devient possible de créer et fermer des business facilement.Multipliez les tentatives jusqu’à ce que vous ayez trouvé le bon business model.

Certains vont même plus loin en proposant des produits qu’ils n’ont pas. C’est le cas par exemple de l’entrepreneur Oussama Ammar qui a eu l’idée de proposer un accélérateur de startup dans un château alors qu’il n’avait pas de tel édifice sous la main.

Son idée : comptabiliser les demandes d’inscriptions pour vérifier le succès de son idée.

Internet permet de faire la même chose à plus petite échelle.Sur un site de e-commerce, proposez un produit que vous n’avez pas en stock, juste pour voir si des personnes tentent de vous l’acheter.Mettez en prévente une formation sans même l’avoir complètement préparée et mettez-vous au boulot si vous avez assez d’inscrits.

L’idée n’est pas de vendre du vent, mais de commencer à s’investir uniquement lorsque vous aurez des clients et que l’une de vos idées deviendra porteuse.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.